Kategorien
Marokko 2020

Jour 22: Sidi Kaouki Beach –> Mirleft

Kategorien
Marokko 2020

Jour 21: Essaouira

Texte et photos suivront

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 20: Oualidia -> Sidi Kaouki Beach

Texte et images suivront

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Tag 19: Oualidia

Text und Fotos folgen

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 18: Sidi Rahal Chatai -> Oualidia

Texte et images suivront

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 17: Skhirat Plage -> Rabat -> Sidi Rahal Chatai

Texte et images suivront

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 16: Skhirat Plage et Rabat

Ce matin, après être réveillé, on a dŭ constater qu’on n’avait plus de gaz. Nos deux bouteilles de 11 kg chacune ont été épuisées dans moins de deux semaines. Les nuits et les matins sur les Hauts-Plateaux ont été froid(e)s et probablement c’était là où nous en avons consommé la plupart.

Mais où acheter une autre bouteille et laquelle? Alors, j’ai recherché un peu sur internet et on est parti après le petit déjeuner d’abord chez une entreprise de gaz à Skhirat. Mais ils ne pouvaient pas remplir nos bouteilles allemandes.

Alors, nous sommes partis à Rabat où Lena devait continuer son travail (bénévole) à l’église. Et juste à côté de l’église se trouve une station service Total où j’ai pu acheter une bouteille de gaz bleue qui, avec un adaptateur, allait bien dans mon camping car. Et ça fonctionne. Le seul inconvénient est que je dois maintenant transporter une bouteille allemande (vide!) dans le coffre (le „garage“) de la voiture et ne plus dans cette petite armoire spéciale de gaz.

Ensuite, je suis rentré (en ratant la dernière sortie de l’autoroute avant la section à péage – ce qui m’a coŭté 11 Dh pour ces 8 km superflues) et je me suis occupé de plusieurs travaux sur ordinateur (p.ex. écrire le blog de plusieurs jours) pendant le reste de la journée.

Mais l’après-midi et le soir, je suis sorti à la plage et au coucher de soleil, j’ai pu prendre quelques belles photos (en plus, il y avait marée basse et j’ai pu aller assez loin, presque jusqu’une petite péninsule où il y avait toujours des pêcheurs.

La péninsule des pêcheurs
Marée basse à Skhirat-Plage
Vue dans l’autre direction, vers la plage. On pouvait aller si loin à pied sec, si on faisait bien attention. Peut-être encore plus loin, mais je n’ai pas osé, vu qu’il était déjà un peu tard.
Le soleil se couche
Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 15: Ouled Ftata -> Skhirat Plage

Petite devinette pour commencer: Qu’est-ce que c’est?

De l’art moderne?

Non, ce n’est pas de l’art moderne. C’est une partie de notre camping car, avec la terre qui y a été éclaboussé par les pneus.

Voilà comment ça s’est présenté, après une semaine et demie au Maroc:

Avant…

Comme les gens de la station service n’ont rien demandé pour la nuit, nous avons décidé d’au moins faire laver la voiture chez eux. Et ils ont fait un bon travail:

…pendant…
…et après!

D’ailleurs, nous n’avons pas été les seuls à dormir à la station service. Après nous, deux voitures sont encore arrivées et le matin, j’ai vu que les passagers (seulement des hommes) ont dormi dans une sorte de cabane à pierres (mais ouverte!) à côté, sur beaucoup de tapis et avec beaucoup de draps épais (car il faisait vraiment froid au petit matin, avec environ +5°).

Voilà, nous avons ensuite continué notre route (au cours de laquelle Lena a pu collecter quelques branches d’arbres et fleurs pour ses décorations de l’église orthodoxe de Rabat) ce dimanche dans un très beau paysage vert (appelé Pays Zaër Zaïane) jusque dans les environs de Rabat.

Joli paysage vert
Forêt de chênes au sud de Rommani
En regardant le paysage au fond (!), on pourrait se croire presqu’en haute Forêt-Noire!

Enfin, on est arrivé dans un village sur la côte au sud de Rabat. A Skhirat, il y a un parking d’hôtel où on peut passer la nuit. Malheureusement, pas d’électricité, et le gardien a demandé 250 Dh pour deux nuits. Vraiment le prix d’un camping, mais nous n’avions pas d’alternative.

Heureusement, il y avait un bus (ligne 33) qui allait directement du camping au centre ville et nous avons pu descendre juste en face de l’église orthodoxe russe (qui se trouve à la place Bab Tamesna). Sur le chemin (juste à Skhirat Plage), on a vu pas mal de gens faire du picnic sur un pré. Et bien – c’était dimanche!

Les piciniqueurs

A l’église, nous avons été gentiment accueillis par le jeune prêtre et sa femme (et leurs quatre enfants). D’ailleurs les deux parlent français, surtout sa femme qui a été, elle aussi, prof de français. Ainsi, j’ai pu parler un peu de français. Aussi un peu avec leurs filles qui apprennent le français et l’arabe à l’école.

Lena a bientôt commencé avec une partie des décorations qu’elle voulait faire pour Noël. D’ailleurs, à Zurich, elle s’occupe aussi des décorations de l’église. Elle est peintre et a aussi un bon sens pour l’art fleuristique.

L’église est petite et la commune aussi. Beaucoup de femmes russes qui épousent un Marocain et viennent vivre ici renoncent ensuite à leur religion et se convertissent vers l’islam.

Eglise orthodoxe russe.

L’église a été construite en 1932 et a récemment été rénovée. C’était le don d’une femme russe qui, à la fin du 19e siècle, a épousé un homme important marocain (je crois que c’était même un Moulay), et ainsi, l’église est sous protection spéciale.

Une partie de l’intérieur, avec la décoration de l’autel.

Le soir, le Père Maksime nous a amené en sa voiture à notre camping-car à Skhirat Plage.

Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 14: Bin el Ouidane -> Ouled Ftata

Le lendemain, nous avons pu partir juste après midi. Après avoir pris le petit déjeuner en toute tranquilité, nous avons encore évacué notre toilette et pris de l’eau au camping. Puis, nous avons pris la (très belle) route d’Afourer. Celle-ci ne suit pas la vallée, mais elle monte pas mal, jusqu’à environ 1200m. Puis, il y a un beau point de vue, mais ce jour-ci, il y a trop de la brume et on ne voit, malheureusement, pas très loin.

Vue au nord, en direction de Beni-Mellal

Nous sommes ensuite allés jusqu’à Beni-Mellal, où nous avons fait des courses. Lena a dŭ acheter des choses de jardinage pour la préparation de Noël (le Noël russe, c’est du 6 au 7 janvier!), alors nous nous sommes arrêtés vers 14h30 à Bricoma, un marché de bricolage. C’est juste à côté d’un supermarché Marjane et nous y avons aussi fait des courses. Tout cela a duré plus de deux heures et arrivés chez notre camping car au parking, une femme d’un camping car espagnol est venue chez Lena – et alle a parlé aussi du russe. Elle est enseignante de géographie à l’université de Granada et son mari (espagnol) était en train de regarder un match de foot dans un café en face, alors elle avait bcp de temps à parler. Lena lui a proposé un café et après bcp plus qu’une demi-heure, j’ai dŭ les rappeler que nous voulions encore faire un bon bout de notre chemin avant que la nuit tombe.

Après avoir fait le plein à la station service à côté, nous sommes enfin partis à 17h45. Alors, pour accélérer les choses, j’ai pris l’autoroute jusqu’à Oued Zem Ouest. On a payé 38 Dh (3.80 Fr.) pour ces 68 km. Les prix pour ma caravane (classe 2) sont envoron 60% plus chers que pour les petites bagnoles. Mais j’ai épargné bcp de temps: 18h00 à 18h40 pour 68 km, ce qui fait une moyenne de 102 km/h. Et comme ça, la voiture avale beaucoup de gazole. A une telle vitesse, c’est environ 12 à 14 litres sur 100 km. A une vitesse „normale“ d’environ 80 km/h, c’est seulement autour de 8 litres sur 100 km.

Peu avant Oued Zem, le soleil s’est couché. Mais nous n’avons pas voulu nous arrêter pour la nuit juste au parking de la sortie de l’autoroute. Alors, nous avons pris la route régionale R401 en direction de Rommani et Rabat. C’est au moins comme ça que cette route se présente dans les cartes. Mais les pierres de kilomètrage ont indiqué que c’était une route nationale. Un peu bizarre. De toute façon, on roulait très, très bien sur cette route. Aussi bien que je ne voulais pas tellement m’arrêter. Mais la nuit est tombée et on devait trouver un endroit où on pouvait la passer sans problèmes. Mais il n’y avait pas de parking tranquille. Quoi faire, alors?

Alors, vers 19h15, nous avons vu une station service de la compagnie espagnole Cepsa près du village Ouled Ftata et nous nous y sommes arrêtés. J’ai demandé au gérant de la station si on piuvait y rester pendant la nuit, et aucun problème. Il y toujours dit „Pas de problème, nous sommes au Maroc.“ Il voulait même nous ouvrir encore une sorte de restaurant où on peut cuisiner soi-même, mais nous avons notre cuisine avec nous.

Nous nous sommes garés derrière un grand camion, ainsi nous avions moins de bruit de la route.

Notre parking pour la nuit.
Kategorien
Allgemein Marokko 2020

Jour 13: Ait Ouqabli -> Bin el Ouidane

Hier soir, Fatima et sa famille nous ont encore invité au petit déjeuner. Alors, peu après huit heures, nous y sommes allés. Il commençait à faire jour et le village se réveillait (au moins, il nous a paru comme ça).

Après, nous sommes partis et avons repris notre route. Et c’était une assez bonne route, étroite, certes, mais nous y étions presque les seuls à cette heure-là (vers 10 heures du matin), le soleil a bien brillé, avec le très beau paysage, c’était peut-être une des plus belles parties de notre longue route?

Parfois, il y a eu des cols et aussi des ponts pas toujours larges. Mais le poids autorisé était toujours bien au-dessus de nos 3,5 t.

Petit pont, autorisé jusqu’à 10t

Ainsi, nous avons lentement progressé vers le lac de barrage de Bin-el-Ouidane. Mais le lac n’est pas vraiment rempli.

Attention, risque de se noyer – mais certainement pas ici.
On voit bien comment l’eau manque – à lire ce que j’ai écrit hier sur le changement climatique et les précipitations.

Une chose qui nous est arrivée sur la route n’était, cependant, pas très aimable. Souvent, des enfants lelong de la route nous ont gaiment salué, mais une fois, des garçons retournant de l’école nous ont tapé sur la voiture, peut-être parce que nous ne nous sommes pas arrêtés? Cela a laissé une très mauvaise impression d’aggression, surtout Lena a été choquée. Heureusement, ce n’était qu’une seule fois, mais il est très dommage qu’un seul tel incident puisse démolir les autres très bonnes impressions que nous avons eues de la jeunesse marocaine.

Des jeunes garçons non seulement joyeux comme il pourrait paraître

Arrivé à Bin-el-Ouidane, nous avons cherché un camping. Il y a eu un juste un peu plus haut du lac. Mais les peu de places pour camping-cars ont été vides, et cei pas pour rien, car la propreté a bien manqué. Alors, nous sommes allés un peu plus loin vers la vallée de la rivière qui sort du lac (direction Afourèr) et nous avons trouvé un très joli camping avec quelques places pour camping-cars (et surtout des cabanes à louer). On peut aussi prendre un petit chemin pour descendre jusqu’à la rivière. Nous l’avons fait vers le soir et avons pu prendre quelques jolies photos.

La vallée, vers l’est…
…et vers l’ouest.
Et notre camping-car sur le camping „L’eau de vive“
Juste en face du camping, un richer très intéressant, ressemblant à une forteresse.

Une chose acoustiquement très intéressante sujr ce camping, c’est l’appel du Muezzin qui arrive du village qui se situe à quelques kilomètres et qui résonne à travers toute la vallée. Les rochers en font un bel écho. Très, très fascinant, ça!! J’ai essayé de l’enregistrer rapidement par mon téléphone portable. Malheureusement, un téléphone portable (et son microphone!) n’est pas l’appareil avec lequel on peut enregistrer un son faible, comme j’ai dŭ voir (ou plutôt entendre) après.